• Présentation:

    Bonjour,

    Présentation

    Je me présente, Filipe Lopes Michael, élève en troisième année à la Haute école de Bruxelles Defré.

    Lors de ma formation en secondaire (agent d'éducation) j'ai effectué des stages en école maternelle et en SAAE (service d'aide et d'accueil éducatif).

    Durant mes études supérieures à Defré, j'ai également effectués 4 stages dans différents établissement. Mon premier stage fut effectué au sein d'une SAAE, l'année suivante dans la maison du quartier Nord de Bruxelles. Ensuite, dans une école spécialisée de Type 1 et 2 (enfants souffrants de déficit mental léger à profond) et enfin dans une école primaire spécialisée pour enfants souffrant de troubles du comportements et/ou de dyslexie.

    Dans le cadre du cours d'éducation aux médias de cette année, il m'est demandé de réaliser un blog. Etant conscient de l'importance qu'a pris internet dans le quotidien actuel des jeunes. J'ai trouvé utile en tant qu'éducateur de choisir le thème de l'influence des réseaux sociaux sur les jeunes ( Facebook, twitter,...). En espérant que cela vous permettra de comprendre un peu mieux cette tendance et ses risques.

    Bonne visite !

     

    Plan du blog:

    - Présentation: mon profil et le thème abordé.

    - Cadre conceptuel: définition de l'éducation et de l'éducation spécialisée; l'éducation par les médias ou aux médias  et

       les six approches médiatiques.

    - Problématique: public, comprendre la mauvaise utilisation des réseaux sociaux; définition d'un réseau social.

    - Intervention: explication de mon projet afin d'éduquer les jeunes à l'utilisation des réseaux sociaux.

    - Sondage: deux sondages auxquels vous pouvez répondre en max. 2 min. Ceci me permettra encore mieux de cibler

       l'utilisation des réseaux sociaux et d'améliorer mon travail auprès des jeunes.

    - Article final : reprend toutes les informations présentent sur le blog ainsi que toutes les références.

    - Contact: afin de pouvoir échanger et discuter avec moi de l'importance des réseaux sociaux sur nos jeunes.

    - Opinion: reprend les points positifs et négatifs des réseaux sociaux; une vidéo explicative sur les dangers liés

      à Facebook; un cas concret et malheureusement tragique de la dangerosité des réseaux sociaux pour

      les adolescents.

     


    Public:

     


    Ce qui m'as poussé à créer ce blog est le fait d'entendre des adolescents (13-15 ans) parler des réseaux sociaux, alors que certains d'entre eux n'ont pas l'âge admis. Tandis que d'autres, ne connaissent pas le règlement et les sécurités des réseaux sociaux. Il est de nos jours très fréquent que les jeunes utilisent des réseaux sociaux, la plupart de ceux-ci les utilisent comme moyen de communication entre amis. Un sentiment d’appartenance peut être bénéfique à ces jeunes grâce aux réseaux sociaux qu'ils utilisent et même leur donner  la possibilité de partager les intérêts communs .

    Par ailleurs, je constate qu'il y a de plus en plus de déviance quant à l'utilisation des réseaux sociaux (utiliser un réseau social comme site de rencontre, échange d'informations privées,...). De plus,  les jeunes ont un réel manque de connaissance et gestion des réseaux sociaux, ce qui provoque une mauvaise utilisation de ceux-ci. Cela peut provoquer une cyberdépendance, un manque de concentration pour suivre les cours ( connexion facile avec les GSM), un risque d'humiliation suite à des photos ou commentaires postés sur le réseau social. Je constate également qu'il y des problèmes liés au sexting (Le sexting, mot-valise anglais formé à partir de sex et de texting, est l'acte d'envoyer électroniquement des textes ou des photographies sexuellement explicites). Les jeunes se lancent des défis par rapport a leur partie intime de leur corps qui peuvent entraîner de grave problèmes émotionnels (ex: photo dénudée). De plus, nous pouvons également constater qu'il y a des vols d'identité. Des personnes se font passer pour d'autres ce qui peut causer beaucoup de problèmes car on ne sait finalement pas à qui on parle. Sur Facebook, n'importe qui peut avoir accès à un compte. On peut modifier son âge, son nom, ses photos comme on le désir. Les conversations se font par écris et cela ne permet pas de savoir réellement à qui on parle.

    Ce blog permettra aux personnes qui le désirent, de s'informer sur les risques et les conséquences qui peuvent résulter des réseaux sociaux. Savoir comment utiliser les réseaux sociaux et leur permettre d'avoir plusieurs point de vue différents grâce aux interviews postées.

    Ce blog est ouvert à tout le monde, adolescents voulant s'informer sur les réseaux, les parents mais encore, un éducateur ayant envie de lancer un projet dans l'école par rapport aux réseaux sociaux...

    La maitrise des réseaux sociaux commence par les adultes afin d'être enseignée aux jeunes. 

     

    Selon Child focus

     Un profil sur quatre des utilisateurs mineurs belges de Facebook est accessible à tous. Il est donc indispensable d'apprendre aux enfants et aux adolescents d'optimaliser leurs paramètres de confidentialité sur les réseaux sociaux.

    « Réfléchis avant de publier », voilà une idée à partager largement avec les jeunes utilisateurs des réseaux sociaux.

    En Belgique, 40% des 9-12 ans sont inscrits sur un site de socialisation. Rien ne sert d’interdire car ils trouveront des alternatives pour s’y rendre en cachette. Il est important de rester connecté avec eux par le dialogue. Les accompagner dans leur découverte des réseaux sociaux afin de s’assurer qu’ils n’adoptent pas de conduite à risque, s’avère être la meilleure voie.

    Quoi qu’il en soit, montrez de l’intérêt pour les activités des enfants sur les réseaux sociaux. Amusez-vous ensemble, passez du bon temps. De cette manière, vous entamerez facilement une discussion positive sur le sujet.

     


    Apparition des réseaux sociaux:
    Définition d'un réseau social:


    C’est un groupement d’utilisateurs d’internet qui échangent des informations et qui permet de partager des photographies, des vidéos ou même son humeur du jour. Par ailleurs , le terme de réseaux sociaux désigne généralement l’ensemble des sites internet permettant de se constituer un réseau d’amis ou de connaissances professionnelles.

    "Les réseaux sociaux n'existent pas depuis longtemps. En effet, c'est en 1995 que nous assistons à la naissance de Classmates , le premier réseau social crée par Randy Conrads. L’objectif de ce dernier était de remettre en contact des anciens camarades de classe. Classmates existe encore, mais a été détrôné par l’arrivée fracassante de nombreux autres réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter. Les réseaux sociaux ont par la suite formé une nouvelle génération de consommateurs de l’information, toujours plus désireux de savoir vite, bien et globalement.La communication est devenue la clé de voûte de notre monde ultra connecté et les nouveaux médias font ce que les médias traditionnels ne font qu’avec plus de restrictions: communiquer à l’intérieur ainsi qu’à l’extérieur d’un pays, joignant des millions de personnes de tous horizons. Par ailleurs, les réseaux sociaux ont complètement bouleversés les modes de vie et de penser des gens et sont devenus presque indispensables à cette nouvelle génération en quête perpétuelle de progrès. Ces derniers ont donc une influence considérable sur notre société."


    Sonia Doghmane et Kaina Ouhénia, Quelles influences les réseaux sociaux exercent-ils sur la société? , En ligne http://influence-des-reseaux-sociaux.e-monsite.com/ consulté le 20 Décembre 2014.


    Facebook, un danger pour les jeunes?

    Entretien avec Audrey Sommer,animatrice jeunesse au Conseil Général du Bas-Rhin.

    Audrey Sommer " Facebook un Danger pour les jeunes" En Ligne dans YOUTUBE, http://www.youtube.com/watch?v=Oc9Q7BGOwnc  consulté le 15 décembre 2014.

     

     Les points négatifs des réseaux sociaux:

    Tout d’abord, les réseaux sociaux sont perçus d'une manière trop intrusive. En effet pour certains, ces derniers engendrent pour les collégiens et lycéens qui se connectent au moins une fois tous les quarts d’heure, des mauvais résultats scolaires.

    De plus, les réseaux sociaux peuvent favoriser un danger à autrui. En effet, ils peuvent couper les individus de leur environnement social proche, générant ainsi une instabilité relationnelle et un sentiment d’isolement.. Par ailleurs,l’utilisation importante d’internet s’accompagne dans certains cas d’un plusgrand sentiment de solitude. D’après des chercheurs confirmés de l’université de Columbia, les réseaux sociaux auraient des réels impacts sur la santé comme par exemple l’addiction.
    Au même titre que les jeux vidéo,les réseaux sociaux sont accusés de bien des maux.

    Les points positifs des réseaux sociaux:

    Tout d'abord, certains pensent que c'est un bon moyen parmi d'autres de rester disponible pour les amis (anciens comme nouveaux)clients, fans, et s'avère être l'outil idéal pour faire envoyer un message ou une idée sur une grande communauté de personnes qui vous suivent.

    De plus, c'est un moyen plus rapide (peu cher voire même gratuit) d’avoir un retour, un avis, ou une opinion sur le produit, l’idée ou même l’humeur. Les réseaux sociaux ne sont en aucun cas un moyen de remplacer les soirées entre amis,c’est simplement un autre média disponible à ceux qui en font bon usage.
    Selon le sociologue Antonio Casilli, dans le sujet «Internet bouleverse t-il les rapports sociaux» tiré d'Alternatives écononomiques ,"la sociabilité en ligne ne vient pas remplacer mais compléter les interactions de face-à-face, en même temps qu’elle les reconfigure." 
    D'autre part, les relations sur la Toile ont souvent un prolongement dans la vie ‘’réelle‘’. En effet, les réseaux sociaux se sont révélés être l’intermédiaire des rencontres pour les relations plus intimes avec des personnes. Facebook,Twitter, et d’autres offrent des fonctionnalités de partage propices à la viralité. Par ailleurs, la proximité géographique est le facteur qui exerce le plus de poids sur la formation des amitiés en ligne, avant le partage d’intérêts communs ou l’âge. Les réseaux sociaux permettent également de favoriser les contacts avec des personnes qui sont très éloignées, comme de la famille.
    Enfin , l’internaute a la possibilité de partager à tout instant n'importe quel contenu. La diffusion de l'information ne coûte rien. Les réseaux sociaux donnent l'opportunité à l'internaute d’avoir un rôle actif, il peut ainsi relayer certaines informations via un blog, un commentaire ou même un vote.

    Ainsi , on constate deux "idéologies différentes" . Certains ont un avis positif sur les réseaux sociaux et pensent ainsi qu'ils sont réellement indispensables , tandis que d'autres considèrent ces derniers comme néfastes pour leurs enfants ou pour eux-mêmes .

     

    https://www.youtube.com/watch?v=k6qmvDpc--c

    • Amanda Todd s’est donnée la mort le 10 octobre dernier à son domicile de Coquitlam, près de Vancouver. Cette jeune canadienne, qui n’avait pas encore eu 16 ans, a préféré mettre fin à sa vie plutôt que de continuer à subir le harcèlement dont elle faisait l’objet depuis de longs mois. Et ce suicide bouleverse aujourd’hui le Canada et, plus généralement, de nombreux internautes à travers le monde.

    Dans le cas d’Amanda, on s’ aperçoit de l’impact que peut avoir nos actes sur internet, sur notre propre vie. Tout à commencé sur internet et s’est propagé jusqu’à son école, ou elle a été harcelé moralement par les autres étudiants.

      

     

    Jacques Piette:

     

    Éducation « par » les médias 

     

    Lorsqu’on parle d’éducation par les médias, on entend une éducation qui utilise les médias de masse (films, émissions de télévision, journaux, magazines, radios, affiches publicitaires, etc.) comme auxiliaire et aide à l’enseignement des matières inscrites au programme scolaire. Ainsi, on fait de l’éducation par les médias lorsqu’on projette en classe un documentaire scientifique dans les cours de sciences en vue d’aborder ou d’approfondir des connaissances sur un sujet particulier. De même, lorsqu’on visionne un film dans le cadre de l’enseignement de l’histoire, de la religion ou de la morale, en vue de traiter d’un thème particulier inscrit au programme. Même chose lorsqu’on utilise des articles de journaux ou des dramatiques télévisées pour aborder certains aspects de l’apprentissage de la langue maternelle, de la langue seconde, etc.

    L’éducation par les médias renvoient ainsi à une pédagogie du support, où les productions médiatiques sont au service de l’enseignement des matières scolaires. 

     

    Éducation « aux » médias 

     

    Dans le cas de l’éducation aux médias, la perspective est tout autre. Il ne s’agit pas d’utiliser les médias comme des aides à l’enseignement. Ici, ce sont les médias qui deviennent eux-mêmes l'objet d’étude. Les médias sont abordés comme constituant un domaine spécifique et autonome de connaissances sur lequel porte l’enseignement. 

    Faire de l’éducation « aux » médias, c’est donc travailler sur les productions médiatiques elles-mêmes, sur leurs origines, la manière dont elles sont construites, diffusées et consommées. C’est s’interroger sur les modalités de réception des messages des différents médias et c’est chercher à comprendre la nature de leurs impacts et de leurs effets en identifiant et en se prononçant sur les idées, les valeurs et les points de vues qu’ils véhiculent. Convier l’élève à une démarche d’éducation « aux » médias, c’est l’amener à s’interroger sur la nature des relations que nous établissons avec les médias, tant au niveau individuel que collectif. 

     

    Jacques Piette, Université de Sherbrooke, Département des lettres et communications, En ligne http://reseau-crem.lacsq.org/projet/piette.pdf, p5, consulté le 25 juin 2015.

     

     

     

     

     

    Définition éducation et éducation spécialisée:

    "L’éducation est un processus de socialisation par lequel l’individu acquière et assimile des connaissances de toute sorte. Il s’agit d’un processus de conscientisation culturelle et comportementale, matérialisée sous un ensemble de savoir-faire et de valeurs."

    Lorsque les personnes souffrent d’une certaine incapacité intellectuelle ou physique, leurs besoins peuvent ne pas être satisfaits par le système éducatif traditionnel. Dés lors nous pourrons dire qu'il leur faut un "cadre spécial" et par conséquent leur donner une éducation spécialisée.

    L’éducation spéciale apporte les moyens techniques et humains afin de compenser les handicaps dont souffrent les élèves. Ainsi, les étudiants peuvent compléter le processus d’apprentissage dans un environnement propice vis-à-vis de leurs capacités.

     Lien entre l'éducation aux médias et au métier d'éducateur spécialisé:

    Pour l'éducateur spécialisé ses bénéficiaires sont confrontés aux médias et a leurs messages. Un public fragilisé est plus influençable, l'éducateur doit alors créer et développer son propre esprit critique et celui de ses bénéficiaires face à une nouvelle technologie. En effet, il est important de permettre aux bénéficiaires de se rendre compte des différentes facettes des médias.

    L'éducateur est aussi présent pour accompagner ses bénéficiaires dans l'information qui est prise par ceux-ci. Il doit les guider le mieux que possible et pour relayer l'information, évitez tous les comportements dangereux pour ses bénéficiaires.

    L'éducateur doit être présent afin d'accompagner ses bénéficiaires dans l'utilisation de nouveaux projet. Utiliser un réseau social n'est pas une tâche facile pour des personnes souffrant d'un handicap. l'éducateur doit suivre ses bénéficiaires afin que ceux-ci utilisent un réseau social correctement et que cela n'est pas un impacte négatif sur lui. Nous sommes amenés  à devoir surveiller tout acte des bénéficiaires afin qu'il n'y pas de déviance.

    "Un dernier objectif que l’éducateur doit viser vis-à-vis des médias et de son public, est de permettre à tout un chacun de se positionner face à un message médiatique, à ce qu’il représente, vise, etc. Pour ce faire, l’éducateur doit veiller au bon développement de l’esprit critique et au sens de l’analyse de ses bénéficiaires quant aux médias et à leurs messages."

     

    Six approches médiatiques:

    Dans le cadre de mon cours d'EAM ( éduaction aux médias) nous avons appris à analyser un média. Je vais donc ci-dessous vous analyser les réseaux sociaux.

    Six approches médiatiques: 

    1) Langage: les réseaux sociaux utilisent des couleurs très attirantes pour effectuer leur mise en page. De plus ils utilisent maintenant de grande photo afin d'attirer l'attention les personnes.

    2) Producteur: les producteurs des réseaux sociaux sont une personne ou un groupe de personnes ayant comme objectifs un public préalablement ciblé. 

    3) Public : le public est le récepteur du média, chaque personne à une consommation différente  et sera différremment influencé par les réseaux sociaux. De plus, il y à un âge minimum à respecter. Au départ, un public cible était visé par les producteurs. Maintenant, les réseaux sociaux sont ouvert à tous. Par exemple, facebook n'était à la base ouvert qu'aux étudiants d'Harvard et est maintenant ouvert à tout le monde.

    4) Représentation: la représentation est l'image que l'on se fait après la réception du message. Via un réseau social, la représentation reçue est faussée, car chacun de nous peut s'inscrire sur le réseau et y mettre ce qu'il veut. Soit il fait références à ses propres coordonnées, soit se créer un profil factif. De ce fait, il faut faire attention a la véracité  des informations présentent sur les  réseaux sociaux.

    5) Technologie: les technologies, sont les programmes utilisé afin de créer le message.

    6) Typologie: la typologie est une classification des documents médiatiques en différentes catégories. Dans le cadre de ma recherche la typologie n'est pas nécessairement un concept à analyser, puisqu'il est impossible de contrôler la sources des informations publiées sur le réseau social.

     

    Projet: 

    Le but de mon projet consiste à faire de la  prévention face réseaux sociaux, pour des adolescents qui ont entre 13 et 15 ans. 

    Je réalise ce projet, car les adolescents ont de plus en plus de comptes sur les réseaux sociaux, tel que " twitter", " facebook",.. Et surtout parce qu'ils ont des comptes de plus en plus jeunes.

    Mon projet va commencer par un tour de parole:

    Les enfants se mettent en rond assis sur une chaise, je fais partie du rond, je vais en suite poser quelques questions:

    • Est-ce que tout le monde connait ce qu'est un réseaux social?
    • Qui à facebook? 
    • Qui à Twitter?
    • Depuis quand avez-vous un compte?
    • Vos parents ont-ils un compte?
    • Est-ce que vos parents savent que vous avez un compte?
    • Si oui, avez-vous vos parents dans vos contacts?
    • Comment avez-vous découvert Facebook?
    • Qui à lu le règlement de facebook?
    • Qui à déjà eu un problème avec Facebook?
    • ...

    Après le tour de parole, je prendrais les enfants ayant un compte afin de les informer sur les dangers de facebook. Pour cela, je vais leur laisser un temps de recherche sur internet pour comprendre les risques avec Facebook. puis après refaire un tour de parole afin de savoir, ce qu'ils ont compris.

    En fonction de leurs réponses, je compléterai l'information en leur lisant plusieurs témoignages de problèmes qui ont eu lieu sur de Facebook (ex: l'histoire d'Amanda todd, de Jade, de Thomas,...). Les filles sont plus victimes que les garçons (58% contre 42%) et les jeunes de 12-14 ans sont les plus confrontés au risque de harcèlement sur la toile (45%, contre 25% des 6-11 ans et 28% des 15-17 ans).

    Le but de cette activité est de montrer aux adolescents que facebook, " n'est pas un jeu d'enfant". Il y a énormément de choses que l'on ignore quand on s'inscrit sur Facebook. Aucune donnée n'est sécurisée au début, et cela peut créer des problèmes à la personnes par la suite. 

    J'insisterai qu'il faut sécuriser sont compte et faire attention à ce que l'on y inscrit.

    Afin de mettre en œuvre ce qu'ils viennent d'apprendre, je vais demander aux adolescents de se connecter sur leur compte et d'aller sur leur paramètres pour de sécuriser leur profil. Ceci pour qu'ils comprennent que leurs données personnelles pourraient être utilisées par autrui (ex: piratage informatiques). Mais qu'ils pourraient aussi donner libre accès  à leur compte à tout le monde inscrit sur Facebook ( ex: Invitation à un évènement privé qui devient public).

    Puis, je proposerais a tout les adolescents de regarder un reportage lié au cyber-harcèlement. Nous pouvons retrouver ce reportage sur http://www.francetvinfo.fr/france/cyber-harcelement-le-bouleversant-temoignage-d-une-victime_1388697.html

    "Dans ce reportage nous retrouvons Mathilde,13 ans, celle-ci espérait être populaire en communiquant avec ses copines sur les réseaux sociaux. Au lieu de cela, elle s'est sentie prise au piège et a pensé en finir. "C'était la seule solution pour moi, je pensais 'je ne peux plus rien faire', je voulais en finir", confie Mathilde. Ses parents ont découvert à temps ce qu'il se passait, mais ce n'est pas toujours le cas. Plus d'un tiers des victimes de cyber-harcèlement ne parlent à personne et finissent par passer à l'acte. L'Education nationale estime qu'un élève sur cinq est victime d'insultes ou d'humiliations par SMS ou sur internet. Premier vecteur en cause : le Smartphone qui a envahi les cours de récré. Les auteurs de cyber-harcèlement encourent trois ans de prison et 45 000 euros d'amende."²

    Il faut notamment informer les élèves sur les moyens qui peuvent être mis en place afin qu'ils puissent parler s'ils sont victimes de cyber-harcelement ou s'ils sont témoins de cyber-harcèlement.

     

    Pour conclure, je ferais part d'une "méthode à agir" face au cyber-harcèlement

     

    "Comment réagir si l’on est victime de cyber-harcèlement ?

    1. Il est important d’enregistrer les messages diffamatoires/harcelants dans un fichier. En effet, ces messages pourront éventuellement constituer une preuve en cas de plainte contre les agresseurs. En effet, même si le cyber-harcèlement n’apparait  pas dans le code pénal belge, selon leur type, ces agressions peuvent être assimilées aux infractions suivantes : menace, calomnie, diffamation, injure, atteinte à la vie privée, révisionnisme, racisme ou discrimination. 

    Pour cela, il suffit d’effectuer par exemple une capture d’écran sur l’ordinateur ou sur le GSM:

    Sur windows, il faut appuyer sur la touche « Printscreen »(PrtScn) ou « Impression écran » (Impr. écran), puis faire un « coller » dans un programme de traitement de texte ou de dessin. Si l’ordinateur fonctionne sous Mac OSX, il faut appuyer sur « Command-Shift-4 » pour enregistrer la capture d’écran directement en format PNG sur le bureau. Tous les Smartphones disposent également de cette fonction. Sur un iPhone, il faut appuyer simultanément sur la touche Menu et la touche Verrouillage. Cette manipulation permet de sauvegarder ce que l’on voit à l’écran.

    2. Il ne faut jamais répondre aux agresseurs car c’est la réaction qu’ils attendent. En répondant, on les encourage à continuer les agressions. Pour promouvoir cette réaction, une fondation appelée « Cybersmile » a publié en 2013 une vidéo dont le slogan « Don’t Retaliate » signifie « Ne réagis pas ». 

    3. Malgré la difficulté de pouvoir confier à quelqu’un en qui l’on ait confiance le fait que l’on soit harcelé, cela fait partie malgré tout d’une étape très importante. Il ne faut pas en avoir honte : tout le monde peut être victime un jour ou l’autre d’harcèlement.  Avec l’aide des parents, des amis, des instituteurs, et si besoin de la police.

    4. Il faut également prévenir l’hébergeur du site web. En effet, la plupart des sites webs ne tolèrent aucun harcèlement. Même si le terme en tant que tel n’apparaît pas dans les conditions générales, en règle générale, il est interdit de faire de fausses accusations, d’humilier en public d’autres personnes, de partager des images et des vidéos d’autres personnes sans leur autorisation ou de créer un profil sous le nom d’une autre personne. Il peut être demandé au gestionnaire du site de supprimer les contenus indésirables

    5. Il faut bloquer les harceleurs. Sur les réseaux sociaux, les chats et même sur le GSM, on a la possibilité de bloquer les personnes. Cela signifie que même en recherchant activement une personne, ils ne la trouveront pas et ne peuvent donc pas la contacter. En ce qui concerne le GSM, il suffit de bloquer les numéros de téléphone des harceleurs afin qu’ils ne puissent plus appeler ou envoyer des SMS.

     

    Qui contacter en dehors de ses proches en cas de questions ou de cas révélé de cyber-harcèlement en Belgique?

     

    1. Une campagne de prévention appelée « Stop Cyberhate! » a été lancée récemment. Elle se compose d’un site web, de vidéos réalisées par les étudiants de l’Institut Supérieur de Formation Sociale et de Communication et d’une série de conseils à destinations des jeunes, parents et professionnels de l’éducation.

    2. Il existe un numéro gratuit disponible à l’écoute d’un jeune dans le besoin. Toute la conversation se passe dans l’anonymat. Il s’agit du 103, la ligne écoute-enfants.

     3. En cas de questions ou si une personne désire raconter son vécu, Child Focus reste disponible soit par email (clickhelp@childfocus.org) ou par leur numéro gratuit 116 000.

     

    4. Éventuellement, l’école ou le centre PMS responsable (si le harcèlement a lieu dans le cadre de l’école) est apte à répondre à une demande d’écoute en cas d’harcèlement. Il existe également des médiateurs scolaires ou des éducateurs qui peuvent conseiller sur la marche à suivre.

     

    5. En Flandre, les CAW (Centrum Algemeen Welzijnswerk) et les Jongerenadviescentra (JAC) , en Belgique francophone, l’Aide en Milieu Ouvert (AMO) et  les centres Infor Jeunes. sont prêts à répondre à toutes questions ou demande d’écoute/d’aide concernant le cyber-harcèlement pour un jeune.

     

    6. La police locale de votre commune est disponible si une personne désire parler de faits graves de cyber-harcèlement. Elle pourra se charger d’impliquer, ou non, la police fédérale (FCCU ou sur www.ecops.be), s’il s’agit de faits clairement criminels."

     

    http://www.childfocus.be/fr/prevention/securite-en-ligne/professionnels/les-reseaux-sociaux/cyber-harcelement-que-peut-faire

    Cette intervention, n'est pas là pour les dégouter de facebook et de faire en sorte qu'ils suppriment leur compte mais bien de faire de la prévention en les prévenant des risques liés à facebook.

    De plus les parents doivent dialoguer avec leurs enfants au sujet des réseaux sociaux, les prévenir des dangers et leur expliquer les outils qui sont à leur disposition pour préserver leur vie privée.

     

    ²http://www.francetvinfo.fr/france/cyber-harcelement-le-bouleversant-temoignage-d-une-victime_1388697.html consulté le 15/08/2016 .

     

    Sondage:

    Quelle est la principale utilité de facebook pour vous

    Partager vos photos : 3, 10%

    Retrouver vos amis : 6, 19%

    Communiquer avec vos amis : 22, 71%

    Connaitre de nouveaux jeux : 0 0%

    Site de rencontre : 0 0%

     31 réponses au total.

     

    êtez-vous pour ou contre l'utilisation des réseaux sociaux pour jeunes ( De 13 à 16 ans )

    Pour : 26, 55%

    Contre : 20, 43%

    Je ne m'y connais pas en réseaux sociaux : 1, 2%

    47 réponses au total.

     

    Bibliographie

    Vie pédagogique, n° 140, septembre octobre 2006 , « Médias : Les nouveaux enjeux ». 

    WACQUES, J. (2013). Les fondamentaux. DAVAGLE, M et al. Les Carnets de l’éducateur. Le noyau dur du métier d’éducateur. Marchienne : Rhizome.

    webographie

    Jacques Piette, Université de Sherbrooke, Département des lettres et communications, En ligne http://reseau-crem.lacsq.org/projet/piette.pdf consulté le 25 juin 2015

    Audrey Sommer " Facebook un Danger pour les jeunes" En Ligne dans YOUTUBE, http://www.youtube.com/watch?v=Oc9Q7BGOwnc  consulté le 15 décembre 2014

    Sonia Doghmane et Kaina Ouhénia, Quelles influences les réseaux sociaux exercent-ils sur la société? , En ligne http://influence-des-reseaux-sociaux.e-monsite.com/ consulté le 20 Décembre 2014

    http://www.childfocus.be/fr/prevention/securite-en-ligne/parents/reseaux-sociaux/pourquoi-les-jeunes-adorent-ils-les-reseaux/  consulté de 10 Décembre 2015

     http://www.jeunesetmedias.ch/fr/opportunites-et-risques/reseaux-sociaux.html  consulté le 12 Décembre 2015

     https://fr.wikipedia.org/wiki/Sexting consulté le 12 Décembre 2015

    http://www.francetvinfo.fr/france/cyber-harcelement-le-bouleversant-temoignage-d-une-victime_1388697.html  consulté le 16 août 2016 

    http://www.childfocus.be/fr/prevention/securite-en-ligne/professionnels/les-reseaux-sociaux/cyber-harcelement-que-peut-faire consulté le 16 août 2016

    http://www.enseignement.be/index.php?page=27461 consulté le 16 août 2016

    https://www.youtube.com/watch?v=k6qmvDpc--c consulté le 16 août 2016


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique